Plateforme des réseaux de santé et des partenaires

Un réseau national d’acteurs des territoires au service de l’appui aux soins primaires et pour l’amélioration des parcours de santé

Accueil / Partenaires / Un avenir pour l’ANC.CLIC : une chance pour les acteurs

Un avenir pour l’ANC.CLIC : une chance pour les acteurs

lundi 25 septembre 2017, par Bureau de l’ANC.CLIC

Un récent article des ASH de ce mois de septembre a traité des travaux menés pour réaliser un état des lieux des CLIC. Cette enquête de grande envergure, qui n’avait pas été réalisée depuis de nombreuses années, a été portée par l’ANC CLIC et a bénéficié de l’appui de plusieurs partenaires (dont ANAP, ANESM, et CNSA) et d’un soutien financier à la fois du Ministère (DGCS) et de la CNSA.

Ces travaux ont consolidé à la fois des données remontées directement des CLIC (questionnaires), des analyses plus qualitatives sous forme d’enquête menée auprès de certaines structures, et prochainement d’un travail de recueil de données auprès des Départements. Car ce sont bien les Départements qui sont chefs de file des politiques d’accompagnement des personnes âgées et localement l’institution de référence des CLIC.

Mais au final, est-ce l’enquête qui apporte le plus d’enseignement sur les CLIC ? Car après le colloque du 6 juin 2017 au Ministère organisé par l’ANC-CLIC sur ces travaux, et avec cet article des ASH, ce sont d’autres aspects qui semblent poser les meilleures questions : les absences ou les manques.

Absence de pilotage national des CLIC : car au-delà du soutien symbolique apporté à cette enquête, il faut bien admettre que cette place est vide. Nous avons le soutien et la bienveillance évidente de la part de professionnels de plusieurs institutions nationales. Et notamment, il semble évident que dans le schéma d’accompagnement des usagers, la notion de porte d’entrée et de guichet n’est pas morte à l’aune de l’intégration. Peut-être même au contraire, comme l’illustre les vidéos très didactiques de la MAIA du territoire havrais. Cependant, pas de pilotage national, pas d’interlocuteur officiel repéré comme pour les MAIA, les RESEAUX, les PTA, les PAERPA, ou TSN ... Pourtant, dans la dimension propre à chacunde ces dispositifs/expérimantions traitant de l’appui aux parcours de santé, les CLIC sont présents et assurent/assument leurs missions.

Absence de stratégie nationale des Départements : ce sont les Départements qui ont les pleins pouvoirs sur les CLIC, et il semble que plusieurs d’entre eux (Allier, Vendée, Dordogne, ...) se tournent vers une solution d’internalisation. A l’opposé, d’autres renforcent leurs rôles, y compris avec des missions de prévention se rattachant aux conférences des financeurs ou l’ouverture sur d’autres publics comme les personnes en situations de handicap (Deux-Sèvres, Loire Atlantique).

Cette diversité des orientations qu’accorde l’institution départementale sur le territoire national reflète l’ampleur de la tâche pour définir une stratégie s’inscrivant dans la dynamique de la Loi ASV pour une offre de service à la population cohérente à l’échelle nationale vis à vis de l’accueil, l’information, et l’orientation des usagers... Alors que c’est un espace qu’aucune autre collectivité ne leur dispute et que la démographie rend ce rôle de "premier contact" incontournable... !

Absence de portevoix : car il faut le reconnaitre, malgré tous les efforts et bonnes volontés engagées par le Bureau et le Conseil d’Administration de l’ANC-CLIC, nous restons peu audibles. Ce n’est pour autant pas neutre pour les professionnels des CLIC isolés, pouvant ainsi trouver un point de repère et un espace d’échanges. Notre représentation est certes identifiée, mais notre impact reste marginal.

Alors que faire ? S’associer ! Coopérer ! Les CLIC ont l’expertise sur le primo-accueil des usagers, sur les premières évaluations, le recueil des éléments de départ d’une situation d’accompagnement. Plusieurs d’entre nous sont des professionnels des actions collectives, des projets culturels, sociaux, d’activités physiques, complémentaires et menés en amont des prémices des signes de perte d’autonomie. Cela s’accorde avec l’intégration des MAIA, l’appui aux parcours de santé des réseaux, les préoccupations de prévention des soins primaires.

Par ailleurs, cette approche est tout à fait transposable au delà des critères d’âge : personnes en situation de handicap ou malades chroniques, hormis la montée en compétence des professionnels des CLIC, les démarches et modalités d’accompagnement sont du même ordre.

Alors ? On se voit quand, à l’échelle départementale, régionale et nationale, pour pousser cette association ?

En savoir plus : "Les CLIC, vers un changement de paradigme", paru dans ASH le 8 septembre 2017 (n°3024)


Voir en ligne : Association Nationale des Coordinateurs et Coordinations Locales – ANC.CLIC

👍 Réalisé par Santé Solution